Et aujourd’hui, je dois l’avouer, je suis un peu perturbé.
Ça ne va pas du tout. Alors, que faire quand tout va mal ?

« Tout va mal » fait toujours suite à une histoire

J’ai un ado de 17 ans et nous avons quelques conflits. Et là il y en a un beau en ce moment (de conflit). Peu importe la raison.

Ce dont j’ai envie de te parler c’est de ce que je ressens. De ce que je vis intérieurement.

Car je suis sûr qu’à toi aussi, cela t’arrive. Je suis sens dessus dessous. Bien sûr, on est loin des grands drames (divorces, mort, licenciement…)

Mais ce qu’il est intéressant de remarquer, c’est que mon mental croit dur comme fer que c’est un grand drame.

Ce que je vis, c’est que mon mental envoie une multitude de pensées qui se bousculent les unes les autres et qui disent : je suis un gros naze, personne ne m’aime, on ne me comprend pas, je suis rejeté, je me sens seul, c’est injuste, je vais tout casser.

À cela se rajoutent des émotions qui se succèdent les unes aux autres comme une immense et profonde tristesse ou de la colère.

Le corps est aussi sens dessus dessous. Affaibli, envie de pleurer, sensation bizarre et désagréable un peu partout et une grande inertie.

Comment je fais alors quand tout va mal à ce point ?

Par rapport à il y a quelques années, ces moments-là ne sont plus du tout vécus de la même façon.

D’abord, je sais que cela ne va pas durer.

Même si mon mental essaye de me persuader du contraire, il y a une partie en moi qui sourit et qui dit « mais non, ça ne va pas durer, tu le sais bien ».

Ensuite, je sais que la conscience ou la vie me joue un drôle de tour pour m’amener à un endroit que j’ai demandé.

Je crois très fort à ce que je vis, j’ai un profond sentiment d’injustice et de colère.
Mais en même temps que j’y crois (et cela va te permettre contradictoire), je sais que tout cela n’est pas vrai.

J’ai appris à accueillir.

Quand tout va mal, je fais le yoyo dans mes émotions. Mais je sais me positionner et ne pas empêcher ce qui doit se passer en moi.

Je sais cela et cela accélère grandement cette traversée désagréable. Je me surprends encore à lutter contre moi-même et cette situation.

Mais, étant de plus en plus conscient, cela ne dure jamais très longtemps. Donc, ça ne va pas du tout en ce moment, mais ça va quand même.

  • Et je ne voile pas la face.
  • C’est justement ça le truc.
  • Je m’autorise à aller mal.

Je sais, c’est contradictoire, mais désormais, quand tout va mal, je vais bien aussi.

  • Parce que chaque jour, je plante mes graines.
  • Parce que chaque jour je deviens plus conscient.
  • Parce que chaque jour je crée un terrain fertile à l’épanouissement.
  • Parce que chaque jour, je suis capable de faire le point et de m’adapter aux nouvelles difficultés.

Quelque part, je le fais le lien avec ma nouvelle formation.

Et je te jure que c’est un hasard.

Mais je ne crois pas au hasard. Même quand tout va mal.

La conscience, la vie est tout à fait capable de me faire vivre cela aujourd’hui pour que je puisse mieux t’en parler.

Mieux te dire que « c’est bon de prendre soin de soi chaque jour ». Et quand on prend soin de soi au quotidien, les choses se bonifient au quotidien. Et prendre soin de soi, c’est comme l’hygiène du corps ou des dents.

C’est au quotidien. Ce qui génial, c’est que tout ce que l’on acquiert, tout ce dont nous nous libérons, tout ce que nous conscientisons, c’est acquis pour la vie.

Quand tu réalises pleinement et profondément quelque chose, c’est pour la vie.

Commence maintenant. Abonne-toi gratuitement à mes emails privés quotidiens et sème tes graines… et récolte.

A de suite,

Laurent