Pourquoi tu n’as pas le libre arbitre ?
Tout le monde défend cette idée. Et pourtant ?

L’illusion du libre arbitre.

Tu penses que tu peux décider, choisir.
Que tu as le plein pouvoir pour penser ?

Voici une définition du libre arbitre :

L’entière liberté de faire ou ne pas faire, de choisir ou ne pas choisir selon sa volonté,

par extension, l’absence de contraintes.

Honoré de Balzac écrivait ceci :
« Toute limite imposée n’inspire-t-elle pas le désir d’aller au-delà ?
Les souffrances les plus vives ne viennent-elles pas du libre arbitre contrarié ? »

Pourquoi ne sommes-nous pas vraiment libres ?

Nous pensons qu’être libre c’est avoir ce pouvoir de choisir et créer sans contrainte. Dès que la vie s’oppose à cette liberté, il y a souffrance.

Mais sommes-nous vraiment libres ? Libre dans le sens d’avoir le pourvoir et cette liberté de faire ou de ne pas faire selon sa volonté ?

Vivons-nous dans notre vie « l’absence de contrainte » ?
Connais-tu quelqu’un qui vit cela ?
Crois-tu que cela soit possible ?

Pourquoi tu n’as pas le libre arbitre ? : La liberté est ailleurs.

Si nous avions réellement ce libre arbitre, alors nous devrions être capables d’être totalement maitres de nos pensées.

La question à 1000 dollars est « connais-tu ta prochaine pensée ? » Si nous étions maitres de nous-mêmes et si nous avions une totale liberté de penser ce que nous voulions, il nous faudrait alors tout maitriser de notre cerveau.

En d’autres termes, avoir un total contrôle sur nos pensées.

Or ce contrôle ne peut exister que si nous sommes capables de prédire et maitriser chacune de nos pensées.

Mais personne n’est capable de dire quelle sera la prochaine pensée. Pas même celle qui doit se produire dans la seconde suivante.

Elle s’impose à nous.

Le mental peut alors rétorquer tout un tas de choses qui par le jeu des mots et de l’analyse t’amènerait à penser le contraire.

Ne réfléchis pas.

Tu es l’esclave de ton libre arbitre.

Regarde la vérité dans ton expérience directe.

Observe : quelle sera la prochaine pensée ?
D’où viendra-t-elle ? En réalité, lorsque nous parlons de notre libre arbitre, nous le revendiquons.

« Comment, mais bien sûr, j’ai mon libre arbitre ».

Celui qui tient ainsi à affirmer cela aux yeux de tous n’est que l’esclave de lui-même.

Il devient encore moins libre, courant après sa liberté et essayant d’exister en tant qu’homme libre.

Est libre celui qui ne court après rien.

Celui qui accepte la réalité dans l’expérience directe qui est que les pensées tombent comme des mouches sans que nous puissions prédire quand.

La liberté est de reconnaitre les pensées qui viennent du cœur et celles qui viennent du mental compulsif.

La liberté est juste de suivre ou pas ces pensées d’où qu’elles viennent. Chaque revendication de ton libre arbitre est la preuve de ton esclavage.

Restons humbles, gouttons et honorons les fruits du jardin qui s’impose à nous.

Nous pouvons continuer le débat chaque jour à 9 h.
Tu peux t’inscrire et recevoir un email unique (pas une séquence automatique) avec du contenu de qualité pour t’aider à inspirer ta vie et connaitre les secrets de la liberté et du bonheur.

Laurent Macha