Le développement personnel est à la mode.

Si tu t’arrêtes sur ces mots, c’est que tu doutes.

Pièges du développement personnel : Celui-ci génère beaucoup d’argent. Tout un tas de personnes de nos jours se déclare coach dans tout un tas de domaines.

Je vais donc te donner les 5 pièges à éviter si tu veux te lancer dans ce domaine. Tu vas le voir, cela va tout de suite recadrer les choses et tes doutes vont s’envoler. Le développement personnel est magnifique quand on comprend bien ce qu’il est et ce qu’il n’est pas.

Car on fait aujourd’hui du développement personnel un peu pour tout et rien.

On fait du développement personnel quand on fait du sport, de la psychologie, de l’hypnose, de la méditation, de la spiritualité, etc.

Un terme générique

C’est désormais un terme générique utilisé soit pour des raisons marketing, soit pour des raisons sémantiques : c’est plus classe de faire du développement personnel que de faire de la psychologie ou de la spiritualité.

Pourtant, il ne faut pas s’y tromper. Le développement personnel à ses pièges comme tout domaine. Soit parce qu’il est mal compris, soit par ce qu’il est utilisé à mauvais escient, c’est-à-dire pour produire un résultat contraire à ce pour quoi il était destiné au départ.

Pièges du développement personnel : pour bien comprendre, il faut avant tout bien définir.

Dans « développement personnel », il y a le mot « développement » : l’idée est donc de réveiller et de développer ce que nous avons en nous en puissance, en capacité pour aller un peu plus vers notre infinité.

Dans « développement personnel », il y a aussi le mot « personnel » : on s’adresse bien à notre personne. Nous nous déclarons créateurs et responsables de notre vie.

Alors, quels sont maintenant les pièges du développement personnel ?
J’ai relevé 5 pièges essentiels qui devraient te permettre de t’orienter dans la bonne direction pour ton bien-être et ton bonheur.

Les 5 pièges du développement personnel

  1. Le premier piège du développement personnel vient du terme « personnel ». Il ne doit pas être confondu avec un sentiment d’égoïsme. On parle bien d’agir sur notre propre personne parce que nous reconnaissons d’une part notre pouvoir créateur et d’autre part parce que c’est le seul endroit où nous pouvons réellement agir.

    « Personnel » ne signifie pas « rouler pour soi-même », mais créer pour les autres et le monde par soi. En réalité, il serait contreproductif d’agir uniquement par soi pour soi.

    Nous sommes donc des acteurs du monde et notre développement personnel lui est directement lié. Sans cette conscience de l’unité, du tout à partir de la fenêtre que nous sommes, il n’y a aucun développement personnel possible. Ce premier piège du développement personnel est extrêmement important à réaliser, car il est d’une certaine manière la source de l’énergie qui va te guider tout au long de ta route.

  2. Le deuxième piège du développement personnel serait d’utiliser ce terme pour ne pas en utiliser d’autres. Quand on commence à entrer dans le développement personnel, on commence à s’ouvrir. On s’ouvre à de nouvelles notions, à de nouvelles pratiques, à de nouvelles possibilités d’appréhender le monde.

    Celui qui utilise le mot développement personnel parce qu’il refuse de s’ouvrir à la spiritualité, à la psychologie, à la réalisation de soi, à la méditation n’a aucune chance de découvrir de nouveaux univers et à se réaliser pleinement.

    Je ne dis pas qu’il faut pratiquer tout cela. Je dis juste qu’il faut s’y ouvrir et aller vérifier par soi-même si telle ou telle pratique, telle ou telle spiritualité peut nous correspondre ou pas. L’ouverture est la priorité dans le développement personnel.

  3. Le troisième piège du développement personnel est la vanité ou l’orgueil. Ce n’est pas parce que tu fais du développement personnel que tu es meilleur que les autres. Ce n’est pas parce que tu es sur ce chemin que tu en sais plus que les autres. Et surtout ce n’est pas parce que tu penses que pour toi c’est différent et que tu as tout compris que tu ne tomberas pas dans ce piège de l’orgueil.  Le piège du « moi je sais et toi tu es ignorant », que tu n’y tomberas pas consciemment ou inconsciemment.

    L’humilité est la grande qualité essentielle si tu fais du développement personnel. C’est certainement la première chose que tu dois cultiver lorsque tu commences un véritable travail sur toi.

  4. Le quatrième piège du développement personnel est de ne faire que lire ou regarder des vidéos sur YouTube. Lire ou regarder des vidéos sur YouTube est la mort de ton cheminement personnel si tu ne fais que ça.

    Un livre ou une vidéo n’a jamais changé personne. Cela excite un peu l’égo lorsqu’il a la sensation d’avoir compris quelque chose de spirituel ou qui va le faire avancer dans sa vie, mais ça ne dure qu’un temps. Quand on est sur un chemin de vie, il faut se bouger les fesses et mettre en pratique ce que l’on apprend.

    Il est donc important de ne pas rester seul et de se faire accompagner. Pourquoi pas en thérapie si c’est nécessaire. Mais aussi dans des stages, des retraites, des formations en ligne qui vont plus t’amener à la pratique qu’à la théorie.

    Tu peux lire tous les livres que tu veux sur la natation, il te faudra plonger dans l’eau pour réellement apprendre à nager.

  5. Le dernier piège du développement personnel qui peut compléter le précédent, c’est de ne pas t’inscrire à mes emails privés. Tous les jours, j’envoie des emails uniques, tout neuf écrit généralement la veille pour le lendemain.

    Ce sont à la fois des emails inspirants qui t’aident à gagner ta liberté, à être toi-même et à te montrer le chemin du bonheur, de la paix et de la joie de vivre.

    J’y parle concept et théorie, mais j’y révèle aussi des pratiques puissantes que tu peux mettre en place tout de suite.

    Voici quelques témoignages :

  • Les emails que je reçois chaque matin me font du bien (Roberto)
  • Je suis inscrite pour mon plus grand bonheur à tes emails (Colette)
  • Merci pour ces messages si puissants et révolutionnant. (Pivi)
  • Merci, Laurent, pour votre soutien… pour votre recul, pour ce partage permanent, cette générosité et ce désir d’apporter une aide. (Cécile)
  • Ces pensées journalières m’aident dans ma détresse. Parce que je vois l’effort que tu produis pour nous faire réfléchir, viens du cœur. Tes pensées sont justes, personnelles, sans tomber dans le charlatanisme, la science à outrance ou la religion, et elles sont pragmatiques. C’est rare ce que tu fais. (Thierry)
  • Je reçois vos e-mails chaque jour, j’adore les lire ! (Anne-Laure)

    Donc, si tu ne veux pas manquer l’email de demain matin, inscris-toi maintenant.