On ne contrôle rien. C’est vrai, tu ne peux même pas arrêter d’entendre ou de voir. Même si tu mets tes mains sur tes yeux ou tes doigts dans les oreilles, la fonction continue.

Je vais te montrer à quel point tu ne contrôles rien.

  • On ne peut pas ne pas penser.
  • On ne peut pas empêcher une pensée de se présenter.
  • On peut se faire larguer du jour au lendemain sans que nous puissions rien faire. On peut perdre un travail, un ami, une maison, un objet…

On n’y peut rien. On ne contrôle rien.

  • On peut vouloir une maison en bois de 400 M2 dans un endroit précis, pas sûr que cela soit un jour possible.
  • On peut peut-être choisir la couleur de sa voiture, mais uniquement parmi les couleurs proposées.

On a pas le contrôle sur tout. Ou plutôt on a le contrôle sur rien.

Même pas la carte du restaurant, le métier de nos enfants, les désirs secrets de notre compagnon ou compagne.

On ne peut pas contrôler nos douleurs. Nos douleurs physiques, ce mal de dos qui revient tout le temps, ces migraines ou ces simples piqures de moustiques.

Même nos émotions, on ne peut les contrôler (et pourtant il y en a des gens qui proposent d’apprendre à contrôler vos émotions).

Le temps aussi nous échappe. Et cela nous donne tellement de stress et tellement d’énergie de contrôler le temps.

La plupart du temps, nous croyons prendre le contrôle sur une chose, mais la vie nous amène généralement totalement ailleurs.

Plus je regarde de près, plus je me rends compte que je ne contrôle rien.

Un simple déplacement de mon corps d’un point à un autre implique tellement de facteurs (forme physique, itinéraire, moyen de transport, météo, pensées, émotions, etc.) que je vois aujourd’hui que mon pouvoir réel sur la vie est bien limité.

ALORS, ON PEUT SE DÉTENDRE DE SUITE

Ça va être mon mantra dans les prochains jours et si ça vibre en toi, tu peux faire comme moi.

Rappelle-toi que :

ON NE CONTRÔLE RIEN, ALORS ON PEUT SE DÉTENDRE.

La question est : mais alors qui contrôle à notre place ?

Du coup, qui a les commandes ?

Qui fait que ce déplacement que je dois faire doit dépendre de tellement de facteurs que de toute façon, je n’ai pratiquement aucun contrôle sur lui ?

C’est la vie bien sûr.

Cette incroyable vie qui décide de tout pour moi.

Que cela soit sur le plan matériel, physique, météorologique, mais aussi émotionnel, physiologique, que cela soit au niveau de mes croyances de mes pensées que je ne peux pas empêcher d’avoir dans ce moment.

Alors, que faire, que reste-t-il à faire ?

Quelle est la solution pour être libre de tout contrôle ?

Me soumettre ?

NON.

Car se soumettre implique que tu crois que tu n’es pas la vie. Que tu penses que la vie est contre toi et ne veut pas aller dans ton sens.

C’est tout l’inverse.

Accepte que tu es la vie.

Entre en relation avec elle en étant elle.
Fusionne avec elle.
Tombe amoureux d’elle.
Fais corps avec elle.

Ne t’identifie plus à ton corps, à tes émotions ou à tes pensées que tu ne contrôles pas.

Soit la vie qui vit sa vie.

Soit cette vie qui observe et expérimente ce corps, ces émotions et ces pensées incontrôlés.

Laisse faire, laisse aller.

Tu ne peux rien contrôler.
Et quand tu crois que tu contrôles, c’est au prix de beaucoup d’effort, d’énergie et de temps.

Et pour quel bénéfice finalement ?

Un petit moment de victoire du mental.

Un petit mental qui se vante d’une illusion de contrôle.

Voici ce que tu ne contrôles absolument pas

Ni la nature : même si nous nous en donnons à cœur joie pour le faire (on risque de le payer très cher)

Ni les autres : là aussi, que cela soit au niveau individuel dans notre couple, notre travail, cela nous prend beaucoup d’énergie. Mais aussi au niveau planétaire avec toutes les guerres géopolitiques ou commerciales)

Ni le temps : le temps est une illusion, il n’y a que maintenant. Avant et après n’existe tout simplement pas.

Ni ta santé : toutes nos tentatives de contrôle sont surement une des principales causes de nos maladies. Nous préférons souvent laisser le contrôle de notre santé aux grands laboratoires pharmaceutiques plutôt que de laisser la nature nous guérir (ou nous aider à guérir).

Ni notre mental : essaye de ne pas penser à un éléphant rose et tu verras comment tu ne contrôles rien de tes pensées.

Bref, tout part en vrille à partir du moment où nous essayons de contrôler.

Et du coup, nous passons notre temps à essayer de rattraper les conséquences de ces tentatives de contrôle.

Voilà, voilà

Pour me suivre et suivre mes élucubrations et t’inspirer au quotidien, abonne-toi à mes emails privés. Un email par jour enrichissant et authentique de la veille (pas de séquences automatiques) pour te donner le gout de vivre et d’être libre.

À demain 9 h ?

Laurent Macha