Le bonheur est-il un choix ? C’est l’une des questions qui reviennent souvent dans le quotidien de nombreuses personnes et dont les diverses réponses semblent de plus en plus trouver leurs sources dans la philosophie, la théologie et bien d’autres domaines liés à de profondes réflexions.

Mais en vrai, le bonheur, qu’est-ce que c’est ? Finalement, est-ce un choix ? Ou bien, le bonheur serait un état d’esprit qui dépend d’un environnement externe dont on n’a pas le contrôle ? On en parle dans cet article.

Éviter le piège

Le saviez-vous ? Le célèbre neuropsychologue, Rick Hanson affirme à travers son livre « Hardwiring Happinness » que le cerveau humain est conçu de sorte à détecter absolument tout ce qu’il y a de négatif dans son environnement. Il dit d’ailleurs que le cerveau est une sorte de bande velcro qui s’adapte bien aux expériences négatives.

Ainsi, lorsque surviennent des expériences positives, cette bande est recouverte de téflon. Ainsi, ce « biais négatif » fait de sorte que le cerveau réagit tellement vite et de façon intense aux expériences négatives ou aux mauvaises nouvelles.

Ce qui est complètement différent lorsque de bonnes nouvelles lui parviennent. Une énorme arnaque n’est-ce pas ? L’autre effet pervers dudit « biais négatif », c’est que le cerveau crée de mauvais souvenirs dont l’intensité est beaucoup plus forte que les bons souvenirs.

Heureusement, on a la possibilité d’intervenir de façon consciente dans ces processus, en prenant le temps de s’attarder sur les plus beaux évènements positifs qui surviennent au quotidien sans qu’on y prête vraiment attention.

Cela implique d’ailleurs même les plus petits évènements. Autrement dit, l’intensité avec laquelle on pourrait réagir et garder rancune après une simple insulte, il faudra user de cette même intensité en réaction face à un compliment, et être heureux dudit compliment toutes les fois qu’on se le rappelle. Alors, oui ! Le bonheur est un choix.

Créer son propre bonheur par le sourire

L’un des secrets d’une bonne humeur serait simplement le sourire. Réalisée durant l’année 2011, une étude faite à l’Université du Michigan démontre que les travailleurs qui souriaient beaucoup parce qu’ils étaient animés de pensées positives étaient de très bonnes humeurs. En plus, ces derniers étaient beaucoup plus ouverts envers les autres.

Il faut quand même souligner que ce sourire doit émaner des expériences positives vécues. En d’autres termes, il faut un sourire vrai et donc un sourire généré d’une expérience positive réelle, comme carburant de votre bonheur. Sinon, un sourire superficiel ou forcé pourrait quant à lui, générer des humeurs encore plus négatives, ainsi que de l’introversion. En gros, le bonheur est un choix.