Les gilets jaunes : une révolution pour le bonheur.

Je discutais hier avec quelqu’un qui fait partie du mouvement des gilets jaunes. Pour ceux qui ne vivent pas en France, tapez Gilets Jaunes dans votre moteur de recherche préféré et vous en saurez plus.

Le mouvement des gilets jaunes

Il est aujourd’hui bien plus faible qu’auparavant mais il est toujours là.

Elle me disait combien il était difficile de mettre des choses en place et combien les participants de ce mouvement étaient dans de réelles difficultés. Des difficultés financières, familiale mais aussi psychologique.

La souffrance des gilets jaunes

Bref, ils souffrent dans leur corps et dans leur tête. La vie est extrêmement compliquée pour eux (comme pour beaucoup de personnes sur cette terre).

Ceux qui continuent ce mouvement ont trouvé une raison d’avancer dans leur vie, mais aussi pour beaucoup, une famille, des amis, ils ont ouvert leurs maisons, sont sortis de chez eux.

C’est déjà quelque chose de positif. Mais cela n’enlève pas leurs problèmes matériels et leur malaise intérieur.

Jusqu’ou les gilets jaunes peuvent-ils changer le monde ? 

Ce que je dis tout le temps, c’est qu’on ne peut pas changer le monde si on n’essaye pas en même temps de se changer soi-même. Tout le monde doit faire le boulot. Et c’est là que ce mouvement se trouve face à un mur selon moi. Parce que pour avancer et demander aux autres d’avancer il faut soi-même se remettre en question.

Nous sommes tous Gilets Jaunes

Mais, le mouvement reste beaucoup dans la revendication, la confrontation et a du mal à s’organiser pour construire une nouvelle société, pour réellement être acteur. Et c’est une réelle difficulté quand toute ta vie, la société (parents, école, média) t’as rabâché que tu n’étais qu’un moins que rien et qu’il fallait juste voter pour des personnes qui allaient faire les choses à ta place.

Ce n’est pas facile, mais ces e-mails sont là pour t’en faire prendre conscience. Conscience de ton pouvoir, du cadeau que tu es pour ce monde même si en cet instant tu ne le vois pas.

Gilets jaunes, nous avons le pouvoir. 

Il faut juste que tu réalises, que tu passes tienne ces nouvelles idées et cette nouvelle personne que tu découvres : qui tu es vraiment.

On ne peut pas demander aux autres de se remettre en question si nous ne le faisons pas nous-même n’est-ce pas ?

Les gouvernements pourront te donner tout l’or du monde, cela ne fera qu’amplifier ton état. Cela n’apaisera rien. C’est pour cela que je dis que pour changer le monde, il faut se changer soi. Il faut avoir le courage de tout remettre à plat. Il faut avoir le courage de prendre sa totale responsabilité sur sa vie.

Nous avons tous notre part de travail à faire

Bien sûr que les autres ont leur part du travail à faire. Mais nous tous aussi et nous devons faire cela tous les jours, à chaque instant.

Comme je t’en parlais dans un autre e-mail, chaque jour je me pose la question de ce que j’ai apporté au monde et à mon prochain.

Passer du temps avec soi, je le fais tous les jours. Je plante des petites graines pour moi (j’en parle dans ma méthode) et je le fais aussi pour les autres.

Se reconnaître soi, reconnaître les autres, comprendre qui nous sommes et pourquoi nous sommes tous « un », indissociable est la clef du bonheur. Car enfin nous en finissons avec la lutte.

Et si être gilet jaune c’était arrêter la lutte ? 

Lutte contre les « méchants » mais surtout lutte contre nous-même.

Lorsqu’on commence à se pencher sur la question, et c’est ce que j’essaye de faire avec toi, on se rend rapidement compte qu’il n’y a pas de véritables différences.

Nous étions tous Charlie, nous sommes aussi tous Gilets Jaunes. Parce que nous sommes UN et que c’est en prenant conscience de cela que la lutte s’éteindra d’elle-même pour le bonheur de tous. 

Amicalement,
Laurent

Préparez-vous à être heureux
Votre garantie Bonheur 100%