Le confinement total n’est pas naturel. 

Comment vivre le confinement total en pleine crise de coronavirus ?

L’épidémie de covid-19 nous oblige à nous confiner et à couper physiquement tout lien social avec l’extérieur. Ceci pour des raisons sanitaires. Il s’agit d’éviter la propagation d’un virus covid-19 seule solution trouvée à ce jour en attendant un médicament ou un vaccin.

L’objectif principal est de diminuer la propagation de l’épidémie et ainsi réduire la mortalité lié à ce virus.

Paradoxalement, rester confiné chez soi ne coupe pas nécessairement le lien social. Je vais vous expliquer dans cet article ce que malgré les difficultés qu’entraine un confinement total, vous allez aussi pouvoir le mettre au profit pour le transformer en une expérience positive.

J’ai deux ados à la maison. C’est difficile de leur expliquer pourquoi il faut rester à la maison. Comment vivre le confinement total en pleine crise de coronavirus quand on a 14 ou 17 ans ? C’est difficile de les sortir de cette forme de repli sur soi que nous leur avons appris depuis leur plus jeune âge.

Ce qui est important pour eux, c’est de garder le contact, se voir, faire la fête.

ET aujourd’hui, on leur dit non, tu restes en confinement à la maison.

En vérité, nous sentons aussi cette injustice. Mais nous sommes les grands. Et c’est à nous théoriquement d’expliquer le "pourquoi du comment" vivre le confinement total en pleine crise de coronavirus.

C’est difficile de dire à ces jeunes qui ne risquent rien avec le covid-19 et qui sont pleins de fougues et de vie, qu’ils doivent rester à la maison, parce qu’il y a une épidémie et que peut-être ils vont transmettre à des personnes fragiles un virus qu’eux-mêmes ne sentiront pas passer dans leur corps.

Comment vivre le confinement total en pleine crise de coronavirus quand on est adulte

Et puis, il y a les adules. C’est à dire nous, les parents, les "sans enfant", les étudiants, les couples, les célibataires, les jeunes de 20 ans, les quadras, les quinquas et les plus âgés. Certains sont terrorisés et se précipitent dans les supermarchés pensant que c’est la fin du monde et qu’il faut vite tout prendre avant les autres.

Ceux-là sont seuls. Ils ont peur. Parfois, moi aussi j’ai peur. Mais comme je l’ai écrit hier, je fais tout pour rester présent, humain et bienveillant. Car il y a là bien plus de bonheur que dans la peur.

Le confinement total en pleine crise de coronavirus peut-il te séparer de ton monde ?

Le confinement nous sépare ? Peut-être pas en fin de compte. Peut-être est-ce juste une illusion. Tu l’as peut-être remarqué, la conséquence du confinement, c’est qu’on se sert les coudes. Avec les moyens de communication d’aujourd’hui, nous pouvons garder le contact avec ceux que nous aimons.

Évidemment, ce n’est pas pareil que le véritable contact. Mais étions-nous vraiment plus en contact auparavant ? La majorité de nos communications est électronique. Même le flirt se fait aujourd’hui par des applications.

On se serre les coudes aussi en famille, dans nos maisons. Il va falloir vivre tous ensemble sous le même toit pendant des semaines. 24/24. Cela implique certains ajustements. Tout cela dans le stress et l’anxiété que la situation peut provoquer en nous. La peur de l’épidémie, de la mort, du virus, de sa propagation, les problèmes de santé, mais aussi pour d’autres, le travail qui s’arrête, l’argent qui ne rentre plus.

Dans ces conditions extrêmes, nous nous révélons et nous sommes plus à même d’aller chercher en nous même ce qu’il y a de pire ou de meilleur. Dans ces conditions extrêmes, nous pouvons saisir l’occasion de nous dépasser, d’expérimenter de nouvelles choses, de nouvelles façons de vivre et de voir les choses. Nous pouvons aiguiser notre perception et les dépasser. Nous avons été forcés de rentrer dans l’inconnu de la crise sanitaire du coronavirus et de ses conséquences sur notre société et notre vie. Alors, profitons de ce nouveau pas pour avancer encore plus loin.

Comment vivre le confinement total : conséquences et analyses

Nous allons devoir nous organiser, nous parler, vivre ensemble tous les jours et 24/24. Plus d’échappatoire. Le confinement nous oblige à faire face.

Nous allons peut-être faire apparaitre certaines choses cachées ou découvrir de nouveaux potentiels que nous ne pouvions pas activer tant nous étions absorbés par notre vie moderne.

Nous nous sommes coupé du réel et aujourd’hui nous sommes face à cette vérité. Nous avons besoin de vrais contacts pour vivre. C’est une nécessité. Et d’une certaine façon, nous ne sommes plus très sûrs de réellement savoir le faire.

Le confinement d’une certaine manière nous rappelle ce qui est important. Je n’ai plus le droit de voir mes parents qui sont âgés et je me surprends avec la crise sanitaire du covid-10 à les appeler plus souvent.

Nous refusons les contacts parce que nous voulons donner une chance à la vie. Alors, oui, nous avons eu du mal à nous rendre compte de la gravité de la situation. Moi aussi, j’ai ri au début de cette histoire trouvant que nous en faisions trop. L’être humain est ainsi fait. Il ne croit que ce qu’il voit.

La leçon du jour sur le confinement est peut-être là.

L’invisible existe bien à des milliers de niveaux. Nous devons voir au-delà de ce que l’on croit voir ou savoir.

La séparation n’est pas là où elle semble être en apparence. L’importance de notre argent de notre travail semble pulvérisée par un virus venu prendre toute la place dans notre vie.

Comment vivre le confinement total en pleine crise de coronavirus alors que nous devons couper le contact avec finalement tout le monde ?

Aujourd’hui nous nous pensons confinés donc séparé des autres ?

En réalité, nous n’avons jamais été aussi proches des autres. Je dirais même qu’aujourd’hui la vie de chacun d’entre nous est directement connectée à l’autre.

Inscris-toi à mes emails privés. J’en envoie un tous les matins à 9 h. Le but, t’aider à être heureux et libre.

Prends soin de toi.

Laurent Macha