Avr 30

Enseignement Eckhart Tolle, Quietude au quotidien (extrait de retraite à Findhorn)

Lire la suite

Mar 21

Être Heureux

Encore une recette pour le bonheur

Le bonheur, être heureux, des recettes, ne faites pas que les regarder ou les lire, appliquez les. Ne faites pas comme celui qui apprend à nager dans les livres et qui une fois à l’eau se noie. Être heureux.

maniaco depressive symptomes, syndrome depressif symptomes, test sur la depression, des solutions existent.

http://www.accomplissement-de-soi.org/

Fév 10

Je suis Jaloux

 

vaincre la jalousie amoureuseCet article ne va pas vous donner les paroles de « je suis jaloux de Dany Brillant ».

Surtout que cette chanson ne parle que de la jalousie d’une personne envers son conjoint(e). Il n’y a pas que la jalousie maladive dans le couple.La jalousie existe à bien d’autre niveau, avec ses amis, ses voisins,  sa famille, elle est partout. Etudiée en psychologie ou inspirant un poème, une chanson, un film même , elle fait surtout des ravages et fait souffrir. Mais la plupart des auteurs oublient cette jalousie latente, inconsciente, cet égo en nous qui reste toujours un peu envieux de l’autre et qui serait tellement rassuré si l’autre était un poil moins heureux que nous même. Peut-on soigner une jalousie maladive ? Je pourrais vous trouver le dicton qui pourrait vous allumer la lanterne de la connaissance à ce sujet. Je ne l’ai pas et surtout je préfère en réponse à cette jalousie maladive ou latente, en guise de poème ou de chanson vous donner ces quelques mots de Matthieu Ricard tirés de son livre Plaidoyer pour le bonheur.

 

jalousie poeme

LA JALOUSIE

« Quelle lâcheté de se sentir découragé du bonheur des autres et d’être accablé de leur fortune ».
Montesquieu

Etrange sentiment que la jalousie. On est jaloux du bonheur des autres, sûrement pas de leur malheur. N’est-ce pas absurde ?…..Le contraire de la jalousie, c’est se réjouir de toutes joies, petites et grandes, que connaissent les autres. Leur bonheur devient le nôtre.
Voici le portrait que Voltaire brosse de la jalousie :
« La sombre Jalousie au teint pâle et livide
Suit d’un pas chancelant le Soupçon qui la guide ». Lire la suite

Jan 26

La source. Qui sommes nous ?

D’ou venons nous ?

Nous-même, être humain, nous sommes tous issu de la nature. Nous sommes comme la vague qui fait partie de l’océan. Nous faisons tous parti de la vie, nous sommes la vie. La source est le début de tout, c’est de là que nait le cours d’eau puis le torrent puis la rivière. La rivière peut grossir, être polluer, se jeter dans la mer, elle est toujours connecté à la source. Toute ses transformations ne l’empêche pas de rester connecté à sa source.

Faisons une petite méditation.

Ok, tout cela est très beau et ne vous dit surement pas grand-chose. Alors, posez vous quelques instants, détendez-vous, regardez votre corps, observez votre respiration. Quand après quelques minutes vous vous sentez détendus, regardez vous enfants, remémorez vous quelques scènes de votre passé quand vous étiez petit puis adolescent puis passant vers l’âge adulte. Vous pouvez noter que vous avez changé, vos pensées ont changé, votre corps a changé, votre façon de voir le monde, les gens et vous-même a changé, mais vous êtes toujours la même personne.

Qui sommes nous ?

Vous n’êtes ni votre corps, ni vos pensées. Que l’on vous coupe vos bras et vos jambes, vous resterez vous, que vos pensées changent (et elles changent sans cesses, elles sont impermanentes), vous resterez toujours vous, car vous venez de la nature, vous êtes la nature. Il y a quelque-chose au fond de vous qui est stable. Et si vous vous voyez dans l’avenir, c’est encore vous que vous verrez jusqu’à l’ultime expérience qui est celle de la mort. Car encore là, c’est vous, et uniquement vous, ce que vous êtes fondamentalement qui en ferez l’expérience.

Quelque-soit les apparences, quelque-soit les différentes personnalités que vous pouvez prendre, vous restez vous.

C’est cela la source, cette force,

cette vie que nous ressentons au plus profond de nous-même et qui transcende le corps et nos pensées. Nous croyons être séparé de la source car nous nous en remettons aux apparences, à nos conditionnements mis en place depuis notre plus jeune âge. Il y a la vie. Il n’y a pas de mort proprement dite, il n’y a que transformation. Mais vous, vous resterez vous.

Vous n’êtes pas coupé de la source, vous y êtes toujours connecté. Ce sont vos poisons mentaux, vos pensées qui font de gros nuages et qui vous empêchent de voir le ciel bleu, cette partie de vous stable, aimante, compatissante, altruiste. Vous vous sentez déstructuré, car vous êtes envahit par vos pensées qui occultent ce que vous êtes fondamentalement.

On peut comprendre tout cela, mais pour vraiment aller mieux, pour aller vers le bonheur et la paix, il faut le réaliser. C’est-à-dire le méditer non pour le comprendre mais pour le voir.

Soyez sûr que vous pouvez y arriver, qu’il n’y a rien à part vous-même qui peut vous empêcher de vous réaliser.

http://www.equanimite.net/a-mediter/inscription.html

Jan 22

Opter pour un angle de vue différent sur les évènements nous permet d’agir différemment sur ces mêmes évènements.

Chaque jour, par la télé, la radio, internet, nous sommes abreuvés de nouvelles souvent déprimantes et qui nous conditionnent tout au long de la journée. Nous vivons dans un monde d’informations. Il est bien sûr important de se tenir au courant de ce qui se passe dans le monde. Cependant, nous ne sommes pas non plus obligé de nous saturer d’information. Il nous faut aussi, pour bien démarrer une journée nous remplir d’informations positives, de messages, de clefs qui vont nous permettent d’avancer, de grandir et de réussir notre vie. Remplir notre vie d’informations négatives ne nous aide absolument pas à regarder la vie de façon positive et à y voir ses bons côtés.

Lire la suite

Déc 21

Comment parfois nous nous créons nous même des besoins qui deviennent des obstacles au bonheur.

Assurez-vous que votre vie n’est pas encombrée par des besoins que vous vous êtes créés vous-même. .Observez pourquoi vous en êtes arrivé là, démontez le mécanisme, mesurez bien la nécessité ou non de rester dans cette situation et si nécessaire, faites le ménage en démontant le mécanisme, c’est à dire les trois quart du temps, en changeant vos habitudes.

Faites un point chaque jour sur ce « problème » et voyez vos progrès. Eventuellement, faites le point par écris. Il se peut que vous ayez quelques difficultés, persévérez, ayez confiance en la vie et surtout, n’abandonnez pas.